Présentation

NOTE ÉDITORIALE: ce site n’est plus tout à fait à jour, la #dérive(s) ayant pris des formes moins définies au cours du temps. Mais il permet de donner une idée générale du projet et d’accéder à ses éléments encore actifs ainsi qu’à ceux qui n’ont pas été retirés du Web.

Un rhizome ne commence et n’aboutit pas, il est toujours au milieu, entre les choses, inter-être, intermezzo. L’arbre est filiation, mais le rhizome et alliance, uniquement d’alliance. L’arbre impose le verbe « être », mais le rhizome a pour tissu la conjonction « et… et… et… ». Il y a dans cette conjonction assez de force pour secouer et déraciner le verbe être. Où allez-vous? d’où partez-vous? où voulez-vous en venir? sont des questions bien inutiles.
– Gilles Deleuze & Félix Guattari, Mille plateaux

[I]l est inutile de compter les brins d’herbe, on n’arrivera jamais à en savoir le nombre. Un pré n’a pas de limites nettes, il y a un bord où l’herbe cesse de pousser mais quelques brins épars poussent encore plus loin, puis on trouve une motte verte touffue, puis une bande plus clairsemée: font-ils encore parte du pré, ou pas?
– Italo Calvino, «Le pré infini» dans Palomar

Entamé le 8 octobre 2010, Dérives est un chantier littéraire collectif auquel participent Benoit Bordeleau, Victoria Welby, Yan St-Onge et… un nombre indéfini d’autres collaboratrices et collaborateurs (voir la liste ci-dessous). Le chantier respecte (ou pas) un certain nombre de règles et fonctionne majoritairement sur le mode du troc d’éléments créatifs répartis dans différents sites Web. Ceci constitue le coeur de la dérive, qu’on appelle aussi affectueusement La Main (à noter: la dérive est publiée en de multiples lieux).

Depuis 2011, des échanges papier (Dérive papier et Dérive papier II) de même que des échanges dans Twitter et dans Instagram se sont ajoutés à La Main. Des photographies prises avec un appareil photo jetable, nommé «Black Box HCB», après avoir accompagné la Dérive papier, ont été numérisées et rendues disponibles en ligne.

En date du 2 janvier 2017, certaines sections ont été retirées de la circulation, dont des dérives sonores, des apartés ainsi qu’un pawn shop. Ce dernier était constitué d’éléments recyclés provenant d’autres contributions aux #dérive(s). À ce nombre d’éléments retirés s’ajoutent les «88 culs-de-sac» qui proposaient des contributions éphémères. Les lourdes contraintes associées à cette section l’avaient rendue moribonde.

À noter que la dérive telle que nous la pratiquons dans ce projet n’a rien à voir avec la navigation (maritime ou aérienne), l’artillerie, l’électricité, la biologie ou la politique. Elle emprunte plutôt (sans y adhérer pleinement) à la dérive selon Debord.

dériveuses et dériveurs

mises en performance

  • Le 25 mai 2019, à la Galerie SBC, dans le cadre de Publishing Sphere (la performance a été mise en vidéo/interprétée par François Bon).
  • Le 23 mai 2019, un colloque fantôme en ligne a été improvisé dans le cadre de Publishing Sphere.
  • Le 21 mai 2016, à la Maison de la littérature de Québec.

exposition

  • 2013, dans la galerie virtuelle de l’événement Chercher le texte

mentions de l’oeuvre